Voici quelques fictions courantes à propos des sacs en papier, et les faits réels.

FICTION: Chaque fois que nous avons besoin d’un sac en papier, on coupe un arbre.

FAIT: Les sacs en papier au Canada sont surtout fabriqués à partir de copeaux de bois, de copeaux de rabotage et des sciures de bois générées par les opérations forestières. Il n’y a aucun gaspillage. Même si elles sont pourries, courbées ou tordues, les billes de sciage sont récupérées et utilisées. Une usine canadienne utilise en grande partie le carton ondulé usagé ramassé auprès des supermarchés, des usines ou en bordure des rues (ce que l’industrie appelle pâte recyclée) pour fabriquer de la matière pour sacs. > Cliquer sur Arbres

FICTION: Le Canada est sur le point de manquer d’arbres.

Forest harvestedFAIT: L’ensemble de l’industrie forestière canadienne (pâte, papier, bois d’œuvre, et autres produits) a récolté moins de 0,2 % de toute la forêt commerciale au cours de l’année de données disponibles la plus récente (2010). De par la loi, ces forêts doivent être régénérées, et elles le sont. Environ 67 % de ce qui est récolté est actuellement régénéré par la plantation d’arbres et l’ensemencement direct (quelque 500 millions de semis d’arbres par an ou 1,4 million de semis par jour), tandis que le reste se régénère de façon naturelle. La législation provinciale veille à ce que l’industrie équilibre ce qu’elle récolte avec la croissance de nouvelles forêts. > Cliquer sur Arbres

FICTION: Nous n’utilisons que la moitié de l’arbre.

Trees harvestedFAIT: Pratiquement 100 p. 100 de tous les arbres abattus pour la production du papier kraft au Canada sont utilisés et/ou réutilisés. Branches, feuilles et aiguilles sont retournées au sol de la forêt. L’écorce et autres résidus de bois sont brûlés pour fabriquer de l’électricité et de la vapeur. Le bois d’œuvre est scié en petit bois d’œuvre de valeur supérieure. Les copeaux de bois et autres matériaux résiduels de sciage sont utilisés non seulement pour produire des pâtes et papiers, mais l’énergie même qui alimente le procédé kraft. Une usine de papier kraft transforme les fibres de bois en fibres de pâte à papier en dissolvant la lignine (la colle qui lie les fibres de bois ensemble). Les matières non fibreuses (telles que la lignine dissoute et les hémicelluloses) sont ensuite utilisées comme carburants, minimisant à la fois le gaspillage et l’impact écologique. > Cliquer sur Énergie

FICTION: Les sacs en papier ne peuvent être fabriqués à partir de pâte recyclée.

OCC Bale and Blue BoxFAIT: Plusieurs usines de papier kraft fabriquent maintenant de la matière pour sacs à partir principalement de pâte recyclée (boîtes de carton ondulé usagées recueillies auprès des supermarchés et des usines ou en bordure des rues). Parfois, de la pâte fabriquée à partir de copeaux de bois et des chutes de sciage est ajoutée à la pâte recyclée pour donner au sac plus de résistance. > Cliquer sur Recyclable

FICTION: Les usines de papier kraft sont d’énormes consommateurs d’énergie non renouvelable (combustibles fossiles).

85 percent renewableFAIT: Les usines de papier kraft au Canada sont, en fait, de grands utilisateurs d’énergie renouvelable (biomasse). Leur objectif, et elles s’en approchent petit à petit, est d’être énergétiquement neutres ou mieux encore, nettement énergétiquement positives. En d’autres mots, l’usine génère assez d’énergie et de puissance en brûlant des matériaux résiduels (lignine, etc.) pour rencontrer ses propres besoins énergétiques, et elle est ensuite en mesure de vendre son énergie supplémentaire à la grille énergétique locale. Sur une année, le bilan net pourrait être zéro ou même positif. > Cliquer sur Énergie

FICTION: Les sacs en papier constituent une dépense majeure de la gestion des déchets.

newgraphocc2014

FAIT:Selon l’industrie qui gère le programme de collecte sélective Boîte bleue ontarien, les sacs en papier usagés sont habituellement mis en liasses avec les boîtes de carton ondulé usagées pour le recyclage et coûtent près de cinq fois moins cher à recycler que les sacs en plastique. > Cliquer sur Recyclabilité

FICTION: La majorité des analyses du cycle de vie (ACV) arrivent à la conclusion que les sacs en plastique sont « meilleurs pour l’environnement » que les sacs en papier.

09 - POLICY image 3FAIT: Les sacs en papier ont leurs attributs, le plastique en a d’autres. Le fait d’utiliser des études sur le cycle de vie qui ont peu de relation avec la façon dont les sacs sont couramment produits au Canada est très tendancieux. Par exemple, aucune étude comparative actuelle ne reconnaît adéquatement l’utilisation que l’industrie papetière canadienne fait des copeaux de bois et des chutes de sciage pour fabriquer de la matière pour sacs, ou son utilisation importante de l’énergie renouvelable (biomasse). Aucune ACV actuelle ne reflète les enjeux des déchets sauvages et l’impact de ces déchets sur le milieu biologique marin. > Cliquer sur Politique