La majorité des matières de papier sont compostables

08 - COMPOSTABILITÉ image 1

Dès le début des années 1990, le CEEPC a fait œuvre de pionner dans le compostage des emballages de papier en Amérique du Nord. L’initiative consistait alors à détourner des sites d’enfouissement certaines matières perçues comme « problématiques » (carton ondulé ciré et vieux carton pour boîte) ; mais le CEEPC a vite reconnu que le compostage était une option pour toutes les matières de papier qui aboutissaient loin des usines de recyclage appropriées. Cela n’avait pas de sens, tant du point de vue environnemental qu’économique, d’expédier des matières à des centaines de kilomètres à l’usine de recyclage la plus proche (simplement pour qu’on puisse dire qu’elles avaient été recyclées) alors que le compostage local était une option, et un créateur d’emplois, en particulier dans les Prairies et les Maritimes.

08 - COMPOSTABLE image 2Le CEEPC a commandé les tout premiers essais sur le carton ondulé ciré et le vieux carton pour boîte à la Ferme du campus Macdonald de l’Université McGill à Sainte-Anne-de-Bellevue, Québec, ainsi que des essais commerciaux sur le vieux carton pour boîte à Milton, Ontario. Les deux types d’essais ont indiqué qu’il était possible d’atteindre le ratio carbone/azote approprié pour produire un compost acceptable.

Aujourd’hui, l’Île-du-Prince-Édouard composte tout son vieux carton pour boîte, et la Nouvelle-Écosse composte plus de vieux carton pour boîte qu’elle en envoie au recyclage.

Malgré le fait que la focalisation des gouvernements et de l’industrie au début des années 1990 portât principalement sur les déchets d’emballages, il existait une sensibilisation grandissante à l’égard d’autres flux de déchets qui exigeaient qu’on leur porte attention, notamment les feuilles et les déchets d’arrière-cour, ainsi que les déchets organiques. Et c’est alors que le sac en papier kraft a trouvé sa justification.

Sacs pour les feuilles et les déchets d’arrière-cour

08 - COMPOSTABILITÉ image 1

08 - COMPOSTABLE image 3

Les sacs de jardin types sont dotés d’un fond plat, de sorte qu’ils se tiennent debout sans support pour faciliter les remplissages de débris de plantes, de feuilles et/ou d’herbe.

Ils permettent au contenu de « respirer », de sorte qu’ils ne produisent pas d’odeurs et n’attirent pas les rongeurs. Mais la beauté du sac de jardin en papier est qu’il se composte en même temps que son contenu. Une municipalité ou un entrepreneur du secteur privé n’a pas besoin de dépenser des dollars difficiles à trouver pour de la machinerie de désensachage coûteuse ou des frais de main-d’œuvre comme ceux qui surviennent lorsque les sacs sont faits en plastique. Les moindres traces de plastique dans le compost en diminuent la qualité ou le rendent inutile, et c’est pourquoi un nombre grandissant de municipalités évitent le risque et le coût au départ en choisissant le papier.

Sacs et doublures pour déchets de cuisine

08 - COMPOSTABILITÉ image 1

08 - COMPOSTABLE image 4

Les restes ou les déchets organiques de cuisine constituent une composante majeure du flux de déchets résidentiels (environ 30 %). Ce fait a encouragé les municipalités à promouvoir le compostage d’arrière-cour par les propriétaires individuels (parfois en subventionnant la vente des bacs de compostage) ou à les fabriquer elles-mêmes ou donner le compostage en sous-traitance à des installations de compostage centralisées. Alors, quelle est la meilleure façon de faire passer les choses “berk!” de la maison à la bordure de trottoir, et de là au résultat final (du bon compost)?

Les sacs à aliments et les doublures de bacs en papier sont une des réponses. Les sacs ont normalement un revêtement en cellulose (fibre naturelle non de plastique) qui les rend étanches et sans odeur une fois scellés. Les sacs plus petits peuvent se tenir debout, s’insèrent proprement dans un bac sous l’évier de cuisine ou s’accrochent à un panier grillagé à l’intérieur d’une porte d’armoire. On peut les placer plus tard dans un sac plus grand ou dans un « bac vert » pour la collecte et le ramassage. Les sacs plus grands peuvent être également utilisés comme revêtement pour le bac vert (pour le garder propre).

Qu’est-ce qui est requis pour faire un bon compost?

08 - COMPOSTABILITÉ image 1

08 - COMPOSTABLE image 4

Un bon compost nécessite le bon équilibre entre le carbone et l’azote pour favoriser la dégradation active de la matière organique. Compte tenu que les sacs en papier sont faits de carbone (cellulose), tout ce qu’il faut, c’est la proportion appropriée d’azote (que fournissent les restes de cuisine). Pour qu’un sac puisse se réclamer d’être compostable au Canada, il doit se désintégrer d’au minimum 90 % durant les 84 jours du procédé de compostage ; se biodégrader d’au minimum 90 % en 180 jours ; et n’avoir aucun effet écotoxicologique supérieur à 10 % sur le taux de germination des graines et le taux de biomasse végétative1. Toute allégation de compostabilité doit, en outre, indiquer l’échelle à laquelle les consommateurs ont accès au compostage dans la région où les sacs sont distribués2.

Plusieurs compagnies de papier (y compris Cascades et Bag to Earth) ont choisi d’avoir leurs sacs certifiés par des tierces parties sous le label EcoLogo comme étant préférables sur le plan environnemental.EnvironmentalChoice

Les sacs qui rencontrent la norme EcoLogo représentent une source réduite de détérioration de la ressource et d’émissions toxiques, alliée à des pratiques de foresterie durable3. La majorité des sacs de jardin en papier ont une teneur élevée de contenu recyclé et sont certifiés par des tierces parties sur le plan de la localisation des sources d’approvisionnement en matières entrant dans la fabrication des sacs.


1 Conseil canadien du compostage www.compostable.info
2 Une déclaration non qualifiée de compostabilité requiert qu’au minimum 50 p. 100 de la population de la région où le sac est commercialisé ait accès à sa collecte en vue du compostage. Si ce n’est pas le cas, les déclarations doivent être qualifiées avec beaucoup plus de détails géographiques imprimés sur le sac. Voir Déclarations environnementales : Guide pour l’industrie et les publicitaires, développé par l’Association canadienne de normalisation et le Bureau de la concurrence. http://www.competitionbureau.gc.ca/eic/site/cb-bc.nsf/eng/02701.html
3 Le Programme Choix environnemental d’Environnement Canada (EcoLogo) a développé un document sur les critères nationaux d’attestation pour les Sacs en papier compostables (CCD-087). Pour les détails techniques.